Le groupe de prêt-à-porter allemand Hugo Boss a publié jeudi un bénéfice net en baisse de 6,9 pourcent au deuxième trimestre sur un an, à 54 millions d'euros, en raison de coûts supplémentaires et d'effets de change.

La baisse intervient malgré une hausse de 6 pourcent du chiffre d'affaires (hors effets de change) à 653 millions d'euros, porté par l'Europe (+9 pourcent hors effets de change) et une évolution positive particulièrement marquée des ventes en ligne (+47 pourcent).

Les ventes de vêtements masculins sont en hausse de 7 pourcent (hors effets de change), à 588 millions (+4 pourcent en prenant en compte les effets de change).

Passez la souris sur le graphique pour en savoir plus.

Les vêtements féminins ont généré 65 millions d'euros de chiffres d'affaires, soit 2 pourcent de moins hors effets de change, ou -5 pourcent effets de change inclus. Le bénéfice par région a augmenté pour l'Europe (+18 pourcent à 126 millions d'euros), mais a plongé pour les Amériques (-35 pourcent à 23 millions) en raison des effets de change.

D'autant plus que "les coûts opérationnels ont légèrement augmenté par rapport à l'année dernière", explique le groupe, attribuant la hausse notamment à des investissements sur la transformation numérique.

"Hugo Boss s'attend à ce que ces investissements créent un stimulus important pour les ventes tout en accélérant les processus opérationnels", ajoute le groupe dans un communiqué.

La firme de Metzingen (sud) a lancé à l'automne 2016 une restructuration pour stopper l'érosion de ses ventes, passant par la fermeture de magasins non rentables, un recentrage sur ses deux marques phare HUGO et BOSS et un développement du commerce en ligne.

Pour l'année 2018, Hugo Boss s'attend toujours à une légère hausse du bénéfice net et du chiffre d'affaires.

Vers 08H00 GMT à la Bourse de Francfort, au sein de l'indice des valeurs moyennes MDax en baisse de 0,55 pourcent, Hugo Boss reculait de 6,18 pourcent 72,56 euros. (AFP)