A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Après avoir travaillé avec des détaillants de fast fashion, Margaret Coblebtz, fondatrice de la marque de cachemire Frances Austen, qui s'adresse directement aux consommateurs, a ressenti le besoin de se rapprocher des marques de mode qui correspondent à ses valeurs afin d'acquérir une expérience avant de lancer sa propre entreprise. Cependant, en raison du nombre réduit de postes plus expérimentés dans le domaine des start-ups, elle a été amenée à se lancer directement dans la création de sa propre marque.

Frances Austen se concentre sur les tricots en cachemire de luxe et de qualité qui non seulement suivent un haut standard d'éthique et de durabilité, mais maintiennent également un prix accessible. Découvrez comment Coblebtz a créé sa marque ainsi que ses partenariats avec les fabricants issus de petites entreprises familiales, avec lesquels elle travaille.

Dites-nous pourquoi vous avez décidé de fonder Frances Austen

J'ai travaillé rapidement pour Charlotte Russe (qui a fait faillite depuis) où j'ai tenu une série de postes dans le domaine des achats, dont celui de directeur de E-com Apparel. Je suis partie en 2016 après m'être complètement épuisée et je n'étais pas sûre de ce que je ferais ensuite. Quoi qu'il en soit, je savais que je ne retournerais jamais travailler dans la fast fashion ou pour une grande entreprise de vente au détail. J'ai commencé à envisager la possibilité de créer ma propre entreprise. Entre temps, j'ai cherché des postes dans des entreprises que j'admirais et qui correspondaient à mes valeurs personnelles dans l'espoir d'acquérir plus d'expérience dans le domaine des startups avant de lancer ma propre entreprise. Ce que j'ai rapidement appris, cependant, c'est qu'il est difficile de trouver des postes de direction dans le domaine de la mode ou de la création de produits. En général, ce sont les fondateurs eux-mêmes qui dirigeaient la stratégie produit et faisaient exactement ce que je voulais faire. A partir de là, mon mari m'a poussée à sauter l’étape de l'apprentissage et à me concentrer sur ma propre idée.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Selon vous, qu'est-ce qui manquait à l'industrie et au marché de la mode ?

Tout a commencé quand ma grand-mère m'a donné sa collection de pulls vintage en cachemire. Ils étaient incroyables - je les portais avec beaucoup d'amour et je les aimais, mais j'avais du mal à trouver d'autres pièces de la même qualité en magasin et qui n'avaient pas un prix supérieur à 1 000 dollars. J'ai toujours aimé mélanger une pièce de valeur dans laquelle j'ai investi après avoir mûrement réfléchi avec d'autres pièces abordables et des pièces vintage. D'autres femmes en font autant, et je savais qu'il y avait de la place dans le monde pour une marque avec un sourcing réfléchi et une qualité de designer de luxe offrant des pièces belles et confortables.

Qu'est-ce que le cachemire éthique?

Je définis le cachemire éthique comme quelque chose qui est fait dans le respect de la déontologie et de la durabilité et qui est tissé dans le processus d'approvisionnement et de fabrication. Pour Frances Austen, cela se traduit par le fait que nous travaillons avec Cariaggi, un fournisseur italien de fils, qui entretient des relations de longue date avec les éleveurs mongols et dont la présence est presque constante pour vérifier la santé et le bien-être des troupeaux comme des éleveurs. À partir de là, le fil est fabriqué dans une usine alimentée à cent pour cent par des énergies renouvelables, qui ne gaspille rien et qui offre une traçabilité à cent pour cent de tous les produits chimiques et matières premières. C'est à la fois complexe en ce qui concerne les mesures qu'ils ont prises au fil des ans pour instaurer ces normes élevées, mais aussi simple en ce sens qu'ils se consacrent à l'innovation et à l'investissement continus pour rendre le produit et le procédé aussi efficaces que possible.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Avec quels autres types de matériaux travaillez-vous pour Frances Austen ?

A ce stade, nous ne travaillons pas avec d'autres matériaux, nous avons pris la décision que tout ce que nous utilisons doit répondre aux mêmes normes élevées que notre cachemire, tant du point de vue éthique et durable que de la qualité et du coût. Cette norme s'est avérée difficile à respecter, alors je me concentre sur la croissance de l'entreprise grâce au cachemire et je continue à envisager d'autres possibilités qui correspondent à notre philosophie. C'est un choix qui n'a peut-être pas conduit à une croissance rapide, mais je crois qu'il sera le meilleur à long terme pour le business et pour le consommateur.

Parlez-nous de la norme Oeko-Tex et de ce que cela signifie pour vos matériaux

Je connaissais Oeko-Tex depuis l'époque où je travaillais chez Pottery Barn et cela m'a d'abord amené chez Cariaggi, notre fournisseur de fils. Depuis ce temps, ils ont évolué vers une approche plus globale de la durabilité, incluant la traçabilité complète de toutes les matières premières et composants chimiques, les énergies renouvelables, etc. Leurs processus n'ont pas changé, mais ils estimaient qu'une certification qui ne reflétait que la composition/la sécurité chimique de leur produit était limitée dans sa portée de durabilité. Je les apprécie parce qu'ils sont si attentifs à leur processus et à leur fabrication et, après avoir passé du temps avec eux, je suis totalement confiante dans leur quête d'un niveau plus élevé de fabrication éthique qu'une certification ne peut refléter.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Pourquoi trouvez-vous important de travailler avec vos fabricants en Italie et en Ecosse ?

Ils s'en tiennent à des normes aussi élevées, à la fois dictées par les réglementations locales et guidées par leur conviction profonde que la fabrication éthique et environnementale est la bonne chose à faire. Les deux entreprises ont eu des initiatives dans cet espace bien avant qu'il ne soit « sexy » et c'est totalement ancré dans leur ADN de bien traiter les gens, de respecter l'environnement local et d'innover. Johnstons fait même des réparations à l'interne, et ce, pour toujours, non pas parce que le zéro déchet est sexy, mais parce que c'est la façon dont ils pensent que vous devriez gérer un business.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Quel a été le processus de travail avec une entreprise familiale comme Johnstons of Elgin?

C'était vraiment incroyable, je leur ai présenté le concept de Frances Austen et ils étaient prêts à prendre le risque de travailler avec moi. Ils travaillent avec les plus grandes maisons de luxe du monde, mais ils ont un esprit innovateur et entrepreneurial avec lequel Frances Austen a fait écho et ils ont été depuis des partenaires incroyables dans la croissance de notre entreprise. Je pense qu'avec une entreprise familiale, vous pouvez vraiment construire une relation significative et chaque victoire que Frances Austen a, ils la voient aussi comme la leur.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Comment espérez-vous avoir un impact sur l'industrie de la mode avec cette pratique de la slow fashion ?

J'ai toujours cru que le changement dans l'industrie de la mode viendra des consommateurs et nous commençons à le voir. J'espère que les gens regarderont Frances Austen et reconnaîtront qu'il est possible de fabriquer des produits incroyablement beaux, mais en petite quantité, de les faire bien et de gérer une entreprise prometteuse. La réalité, c'est qu'il peut y avoir des limites quant à votre capacité de croissance, mais cela signifie aussi que vous pouvez diriger une entreprise qui résistera à l'épreuve du temps. Je pense que convaincre les gens d'être réfléchis et de trouver un sens à leurs achats sera notre plus grande réalisation.

A la rencontre de Frances Austen, la marque qui crée du cachemire éthique

Cet article a été écrit pour FashionUnited.com. Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo : Frances Austen