Vietnam : les ouvriers des usines de confection sont obligés de faire des heures supplémentaires excessives

Selon un rapport publié cette semaine par la Fair Labor Association (FLA), les travailleurs des usines de confection du Vietnam ne peuvent pas gagner leur vie correctement sans faire des heures supplémentaires excessives, d'après des données recueillies sur trois ans auprès de 13.000 travailleurs, travaillant dans 38 usines.

Bien que le travailleur moyen d'une usine de confection au Vietnam gagne plus du double du salaire minimum du pays et soit bien au-dessus du seuil de pauvreté international établi par la Banque mondiale, cela ne suffit toujours pas pour couvrir les besoins de base, ce qui oblige la plupart d'entre eux à travailler plus de 50 heures supplémentaires par mois.

"Les individus ne devraient pas avoir à faire des heures supplémentaires excessives semaine après semaine pour compenser les bas salaires afin de pouvoir mettre de la nourriture sur la table ", a déclaré Sharon Waxman, Présidente et PDG de la FLA dans un communiqué, appelant les entreprises internationales de l'habillement, le gouvernement du Vietnam et la société civile à faire pression pour une hausse des salaires minimum qui permettraient aux travailleurs de ne plus dépendre des heures supplémentaires pour se nourrir.

Un projet de loi vise à augmenter le salaire minimum au Vietnam de 5,3 pour cent mais, même avec cette augmentation, les Vietnamiens gagneraient moins de la moitié de ce qui est nécessaire pour satisfaire leurs besoins humains fondamentaux, dit la FLA.

Le Vietnam est le troisième exportateur mondial de vêtements, derrière la Chine et le Bangladesh. L'industrie du vêtement représente 16 pour cent des exportations du Vietnam, employant quelque 2,5 millions de travailleurs dans un pays de 90 millions d'habitants.

Les acheteurs contribuent au problème en exerçant des pressions sur les fournisseurs pour qu'ils réduisent leurs coûts.

Bien que les entreprises de mode n'aient pas le pouvoir de modifier le salaire minimum au Vietnam, la FLA affirme qu'elles contribuent au problème en utilisant des "tactiques de négociation sévères" pour obtenir les prix les plus bas possibles de leurs fournisseurs vietnamiens - une plainte courante des fabricants de vêtements du monde entier, selon un rapport récent de l'ONG Better Buying. Plus de 50 pour cent des 319 fournisseurs interrogés par Better Buying déclarent qu'ils ont été affectés par des stratégies de négociation à haute pression telles que le non-paiement des échantillons, le non-paiement à temps ou le non-paiement du prix total comme indiqué dans la commande. Plus de 20 pour cent des répondants ont déclaré que moins de 80 pour cent des commandes qu'ils ont reçues ont été facturées pour couvrir le coût des exigences sociales, environnementales, de qualité et autres exigences de conformité.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Picture: Pexels