Faute de pouvoir se relancer, Gap va fermer huit boutiques en France

Révélé par le Monde dans son édition du 11 septembre, le vaste plan de fermetures de boutiques amorcé par Gap en France atteste les difficultés de la célèbre enseigne américaine d’habillement, fondé en 1969 par Doris et Don Fischer. Gap peine à résister aux assauts de la concurrence au premier plan de laquelle figure l’irlandais Primark, le suédois H&M et l’espagnol Inditex (Zara). Huit points de vente vont bientôt fermer définitivement leurs portes. Parmi ces fermetures, figurent des emplacements phares obtenus à grands frais par le groupe basé à San Francisco.

Gap avait déjà fermé fin août son magasin de Créteil-Soleil. Selon le calendrier fourni aux instances du personnel, le plan de fermeture s'articulera de la manière suivante : fin septembre trois adresses parisiennes fermeront leurs portes : il s'agit de la boutique située rue de Rivoli, de la boutique située dans le centre commercial du passage du Havre, près de la gare Saint-Lazare, et enfin de la boutique située boulevard Saint-Michel.

Suivra ensuite, fin octobre, la fermeture du point de vente situé au Quatre-Temps, le plus grand centre commercial du quartier de la Défense. Enfin, début 2020, trois autres enseignes parisiennes fermeront à leur tour leurs portes : il s'agit de la boutique située rue Saint Denis, de la boutique située boulevard des Capucines. Plus impressionnant encore, le calendrier consulté par le Monde affirme que l’enseigne abandonnera également l’emblématique boutique située au 26, avenue des Champs-Elysées. L'enseigne y était installée depuis 20 ans.

Une scission imminente des activités du groupe

Gap possède actuellement 28 boutiques en France. Un chiffre important mais conforme à la dimension de cette marque, détenue à 43 pour cent par la famille Fisher. L'enseigne compte 3666 magasins répartis dans une quarantaine de pays. Confirmant les informations révélées par le quotidien, le groupe a indiqué à l'Afp qu’il continuerait à se concentrer sur le développement d'une activité rentable et durable sur le marché. "Notre engagement est de nous occuper rapidement, de manière réfléchie et décisive des magasins qui ne sont pas performants ou qui ne correspondent pas à notre vision future de la marque Gap. Nous sommes convaincus que ces fermetures renforceront la santé de la flotte et serviront de base plus appropriée à la revitalisation de la marque", ajoute le groupe dans sa déclaration.

La restructuration du groupe Gap Inc, mise en œuvre depuis plusieurs mois, comprendra une scission en deux unités distinctes, côtées séparément en Bourse, qui distinguera d’un coté la marque Old Navy fondée en 1994 (qui réalise à elle seule 8 milliards de chiffre d’affaires) qui deviendra indépendante et restera basée à San Francisco, et de l’autre les chaines Gap, Banana Republic, Athleta et Hill City qui seront logées sous le même toit. Le groupe a atteint 16, 6 milliards de chiffres d’affaire l’année dernière. Les difficultés proviennent essentiellement de l’enseigne Gap qdont les ventes ont baissé de 5 pour cent en 2018 avec une chute de chiffre d’affaire de 10 pour cent. Sur les deux premiers trimestres de l’année 2019, la chute a continué : 7 pour cent. Ce projet de scission, qui pourrait bien être annoncé cette semaine, s’accompagnera d’une réduction drastique des couts. Le groupe qui veut réaliser 82 millions d’euros d’économie par an. La marque Gap n’a pour l’instant pas été en mesure d’indiquer le nombre d’emplois qui allaient être affectés par ces fermetures. Ces mesures suffiront-elles, après plusieurs essais de relance infructueux, à rendre à l’enseigne synonyme du « cool » dans les années 90 son aura perdu ?

Credit photo : Gap