• Home
  • Actualite
  • Retail
  • Procos livre ses propositions pour relancer le commerce spécialisé

Retail

Procos livre ses propositions pour relancer le commerce spécialisé

By Odile Mopin

2 juill. 2020

Il y a urgence. La situation exceptionnelle et la crise qu’a engendré le coronavirus menace dans ses fondements le commerce spécialisé. Sur 350 000 enseignes que compte le secteur (pour 1, 5 millions d’emplois directs) 50 000 pourrait disparaître dans les prochains mois. Un mois et demi après la réouverture des premiers points de vente, le cumul du chiffre d’affaires des magasins entre le 1er janvier et le 28 juin 2020 est en moyenne de - 31,8 pour cent tous secteurs confondus, certains secteurs se situant dans une situation encore plus compliquée, tels que l’équipement de la personne (- 35 pour cent).

Le commerce en France a perdu entre 50 et 60 milliards d’euros essentiellement dans le secteur non-alimentaire, détaille Procos. Après l’Italie, la France a connu la plus forte baisse de consommation après les autres pays, à cause des modalités de confinement très strictes. Et la reprise est progressive mais très disparate selon les secteurs : hormis le textile enfant, perçu comme essentiel, la mode femme et encore davantage le prêt-à-porter masculin sont à la traîne : - 30 pour cent en moyenne malgré la dynamique de l’enfant… et des ventes internet, qui ont connu un boom historique.

La France est le pays d’ Europe le plus impacté dans sa consommation par la crise sanitaire

Alors qu’un plan public de soutien et de transformation du commerce est en cours de finalisation, la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé (Procos) a présenté lors d’une conférence de presse le 30 juin ses douze recommandations pour la redynamisation du commerce, durement éprouvé. Elles sont issues d’un livre blanc, réalisé avec le cabinet EY : « Commerce spécialisé, une chance pour la France : douze propositions pour la sauvegarde, la relance et la poursuite de la transformation d’un secteur majeur pour la France ». Une mutation qui nécessiterait, selon les estimations de Procos et Ey, une enveloppe chiffrée entre 9 et 18 milliards d’euros par an. Aspects numériques et digitaux et RSE, pour un commerce plus responsable sont les piliers de la transformation des points de ventes pour les adapter aux nouvelles attentes des consommateurs.

Première étape, aider les commerçants à passer le cap des prochains mois via plusieurs leviers d’urgence : l’exonération des charges sociales patronales à minima pour 4 mois, un moratoire de 2 ans pour les Plans Garantis par l’Etat PGE, ainsi que la suppression ou la modulation de certains impôts de production.

Pour une relance favorable à l’emploi et aux territoires, l’organisme demande notamment le déploiement de chèques commerces solidaires abondés par l’Etat et les employeurs. Il préconise aussi une campagne de communication nationale d’ampleur en faveur de la consommation en magasin.

Enfin, les leviers identifiés pour une transformation responsable et innovante prendraient la forme de subventions pour les investissements de transformation du commerce initiatives RSE, numériques et innovantes). Un dispositif spécifique en faveur de locaux commerciaux est également envisagé. (de type Loi Pinel, soit, pour les particuliers actuellement, la réduction d'impôt sur le revenu pour investissement locatif).

L’ensemble appuyé par une politique volontariste d’aide aux collectivités locales pour déployer une véritable politique « Territoires de Commerce » et la formation et recrutement de 500 managers de territoires par an sur quatre ans.

Pour en savoir plus sur les impacts du Covid-19 liés au secteur de la mode, rendez-vous sur notre page dédiée.
Pour ne louper aucune actualité internationale liée au Covid-19, rendez-vous sur notre page en anglais
.

Photo : Unsplash