• Home
  • Actualite
  • Culture
  • Des baskets virtuelles à 10 000 dollars ? Une exposition rassemble les pionniers de la mode virtuelle

Des baskets virtuelles à 10 000 dollars ? Une exposition rassemble les pionniers de la mode virtuelle

By Weixin Zha

23 avr. 2021

Culture

Picture: Dematerialised exhibition on Cryptovexels

Le plus souvent, lorsque la mode digitale fait la une des journaux, c’est principalement pour son esthétique futuriste ou ses prix exorbitants. On apprenait par exemple début mars qu’une vente virtuelle de baskets avait atteint la somme astronomique de 3,1 millions de dollars (environ 2,5 euros), les prix d'une paire de chaussures pouvant atteindre 10 000 dollars.

Début avril, une exposition a présenté quelques moments inédits du phénomène de la mode digitale, lequel a récemment profité de l'essor de ce que l'on appelle le crypto-art, avec des œuvres d'art purement virtuelles se vendant à des millions de dollars.

Les visiteurs de l'exposition Metaverse, initiée par la startup de mode digitale Dematerialised, se sont rendus sur Cryptovoxels, un monde virtuel sur la blockchain Ethereum. À l'aide des touches fléchées de leur clavier, les visiteurs pouvaient naviguer dans des rues remplies d'art digital, une expérience qui rappelle un peu les mondes pixelisés de Minecraft ou Secondlife.

La mode purement virtuelle devient ainsi progressivement une discipline à part entière, dans un monde qui lui est propre - comme l'exposition sur Cryptovexels, qui fait partie d'une exposition d'art virtuel en ligne plus vaste. La mode digitale, ou les modèles de vêtements en 3D créés à l'aide de logiciels numériques, est déjà largement utilisée par les entreprises de mode dans leurs campagnes publicitaires, a déclaré Catty Taylor, cofondatrice de l'Institute of Digital Fashion, basé à Londres, qui a travaillé avec des entreprises comme Ellesse et Balenciaga.

Des mondes remplis de mode digitale

« Aujourd'hui, cela s’est transformée en un monde où la mode digitale est comme un objet tangible en 3D qui est vraiment utile et peut être utilisé sur de nombreux canaux différents », a déclaré Catty Taylor lors d'une présentation de l'exposition Metaverse sur l'application de réseaux sociaux Clubhouse. Son « Boob Jiggle T-shirt », qu'elle a créé en 2017, ainsi qu'une robe de couture sertie de cristaux digitaux qu'elle a réalisée en collaboration avec le couturier américain August Getty, étaient présentés dans l'exposition.

Image: Rtfkt x Fewocious Sneaker (far left) / Dematerialized exhibition on Cryptovexels

De nombreuses grandes marques comme Hugo Boss et Tommy Hilfiger s'efforcent de créer leurs dernières collections à l'aide de logiciels de conception 3D afin de réduire les échantillons et les ressources. Mais les vêtements et les chaussures qui sont exclusivement disponibles en version numérique ont également trouvé un marché.

L'exposition Metaverse présentait le pantalon rouge vif « Pepa Trousers » de Tribute Brands, la première marque à avoir construit un modèle économique autour de la mode virtuelle et de la vente aux consommateurs finaux, explique Karinna Nobbs par téléphone. Elle a cofondé la marketplace de la mode numérique Dematerialised et a organisé l’exposition rassemblant 15 articles. Le détaillant de vêtements suédois Carlings, qui est devenu le premier magasin en ligne à vendre de la mode digitale en 2018, était également présent à l'exposition. Le survêtement argenté de l'agence de création Virtue présenté dans l'exposition commémorait ce moment.

Autre produit à noter : une paire de sneakers issue de la collaboration entre la marque de baskets digitales Rtfkt et l'artiste virtuel Fewocious. En sept minutes, les chaussures virtuelles ont permis de récolter 3,1 millions de dollars et sont devenues une sensation médiatique. Cette collaboration n'est qu'un exemple de la manière dont la mode numérique profite de la récente tendance autour de l'art virtuel.

Le marché des objets issus de productions digitales, tels que les articles de jeux vidéo et les œuvres d'art, a connu un véritable boom. Grâce à ce que l'on appelle les jetons non fongibles (NFT) et à la technologie blockchain, ces objets se voient attribuer une identité numérique unique et une valeur correspondante. De cette façon, la mode digitale devient rapidement un objet de collection. Sa part du marché des NFT est toutefois difficile à quantifier.

Qui achète des vêtements virtuels ?

« Cela dépend de la façon dont vous définissez la mode, mais le pourcentage de la mode est encore faible », a déclaré Nobbs. « Notre public cible est constitué de groupes assez divers ». Ils vont des joueurs et de la communauté crypto aux consommateurs de mode - y compris ceux qui ont adopté précocement la technologie et qui s'intéressent à la durabilité ainsi que les créatifs aux normes esthétiques élevées.

« Avec les joueurs, nous n'avons pas à expliquer pourquoi ils devraient acheter des biens virtuels digitaux, alors qu'avec les consommateurs de mode, nous devons faire beaucoup d'éducation et de storytelling, en expliquant la valeur de l'aspect technologique ou ce qu'est un NFT », a déclaré Nobbs.

Les idéaux de la mode digitale

L'exposition montre également comment la mode virtuelle peut être utilisée pour partager des chefs-d'œuvre emblématiques avec un public plus large. Les archives de mode virtuelles du studio de design new-yorkais Superficial ont numérisé des vêtements de créateurs tels que Thierry Mugler et Issey Miyake et les ont mis en ligne, afin que tout le monde puisse voir le drapé, les détails et les motifs de ces vêtements.

Un fort sentiment d'idéalisme était perceptible lors de la conversation entre les créateurs de mode digitale réunis dans l'exposition. Certains voient dans la mode virtuelle une occasion de changer ce qui les dérange dans l'industrie de la mode actuelle. Les vêtements digitaux ne sont pas exclusifs, ils peuvent être portés n'importe où, par n'importe qui - indépendamment du sexe, de l'apparence ou de la morphologie - et ils sont plus durables, a déclaré Lisa Sello, créatrice d'Auroboros. Le label londonien crée de la couture physique en utilisant des matériaux naturels, ce qui donne des vêtements qui évoluent avec le temps et finissent par se désintégrer - le duo de créateurs a également lancé une collection digitale cette année.

« Plus la mode virtuelle apparaît à ces éléments humains sensoriels, plus elle deviendra importante », a déclaré Sello sur Clubhouse. « Je pense surtout à présent que les gens recherchent vraiment quelque chose pour presque les guider, pas nécessairement une lumière mais quelque chose qui est inspirant. La mode digitale permet cela parce qu'elle est tellement nouvelle, qu’elle apporte beaucoup de solutions. »

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.