Le marché de l'habillement d'occasion est en pleine expansion

StitchFix, ThredUp, Rent-the-Runway, The RealReal et Vestiaire Collective ne sont que quelques-uns des leaders qui définissent les nouvelles frontières du shopping pour les vêtements, des services de mode sur abonnement à la révolution de la revente, aux marchés peer-to-peer, qui changent notre consommation de la mode.

Alors que le besoin mondial de durabilité met l'industrie de la mode au défi de s'attaquer au gaspillage, à la diminution des ressources naturelles et à la pollution de la planète, de nouvelles façons de réutiliser les matériaux, les vêtements et les textiles existants deviennent une priorité, voire même une nécessité. La façon la plus durable de faire du shopping, néanmoins, est d'acheter des vêtements de seconde main, c'est-à-dire des vêtements ou des collections d'occasion entièrement recyclés à partir de vêtements et de textiles existants, et d'éviter tout produit neuf.

Acheter d'occasion

Le marché de l'habillement de seconde main est en plein essor. Aux États-Unis, les ventes de biens d'occasion devraient plus que doubler pour atteindre 51 milliards en 2023, contre 24 milliards l'an dernier, selon GlobalData et ThredUP. Alors que l'économie circulaire et les entreprises de revente sont en train de cocher les cases de la durabilité et de la rentabilité, l'industrie de la mode évolue à son rythme le plus rapide à ce jour.

Cinquante-six millions de femmes américaines ont acheté des produits d'occasion en 2018, contre 44 millions en 2017, selon le rapport. Les clients âgés de 18 à 37 ans sont les principaux responsables de ce virage. Un tiers de la génération Z et plus d'un quart des millenials feront des achats de seconde main cette année, prédit le rapport.

Il y a suffisamment de vêtements pour tous les goûts

McKinsey affirme que l'industrie de la mode a presque doublé sa production entre 2000 et 2014. À l'ère de la mode jetable, les consommateurs conservent leurs vêtements deux fois moins longtemps qu'il y a 15 ans, explique Quartzy.

Le bon côté des choses ? GlobalData prévoit que les ventes d'articles d'occasion dépasseront celles de la fast fashion d'ici une décennie. Avec un plus grand nombre d'acheteurs de vêtements de seconde main que jamais auparavant, les résultats de l'étude environnementale Green Story aux États-Unis indiquent que si chaque personne achetait un vêtement de seconde main cette année, 449 millions de livres (soit plus de 200 mille tonnes) de déchets seraient épargnés.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo : Vinted